Retour

CANNELIA - [Spadassins]

 


 


 


Résumé des grandes étapes de la vie de Cannelia, 6 ans de rp : 


Cannelia devint orpheline trois jours après sa naissance, lorsque ses parents , insurgés, furent massacrés par des soldats du Roi.Elle fut adoptée par un musicien connu dans son village , Mr Gerato, cependant, les habitants du village la détestait quand ils découvrirent la vérité sur ses parents, ils la battaient et l'humiliaient sans que son père adoptif ne puisse rien faire. Elle décida alors, à seize ans, de partir de chez elle à seize ans , vagabondant dans les rues de Trigorn. Vers vingt-cinq ans, elle s'engagea sur le navire Le*Gorgone, vaisseau de pirate,qui disparaîtra après l'écoulement du bateau de son Capitaine. Elle refit surface ensuite à Trigorn, rongée par la folie : des sorciers avaient testé un poison qui provoquait des hallucinations, et qui restait continuellement dans le sang, mais elle fut guérie par Sarkang,le Capitaine de la Voile*Sanglante qui la battue en duel,elle dû donc accepter l'offre de ce dernier, pour être sa seconde à la tête de son vaisseau. Mais rien ne se passe jamais comme prévu. Alors que la Voile*Sanglante avait amarré au port de Trigorn, par habitude Cannelia était allée boire du rhum dans l'auberge des fées, et fit une rencontre imprévue : elle tomba sur Tyroine, le conseiller du Roi. Abhorrant les royalistes, sa première réaction fut de l'attaquer, s'en suivit une course poursuite jusqu'au port, où Cannelia gagna l'avantage grâce à ses performances de nageuse. Elle captura le conseiller. On ne sait plus combien de temps le royaliste est-il resté dans ces sombres et humides calles, mais on sait que la seconde du Capitaine Sarkang allait régulièrement voir Tyroine. La pirate déjantée détestait les royalistes, qui avaient exécuté ces parents (insurgés), mais comme on dit : entre la haine et l'amour il n'y a qu'un pas, mais un grand. La pirate joua à un jeu dangereux, auquel elle perdit. D'ailleurs elle perdit tout, car entre temps, toute la marine royale patrouillait sur la mer Mirène, et bien sûr finit par les trouver. La Voile*Sanglante fut encerclée, et un combat sanglant s'entama. Le Capitaine Sarkang ne voulait pas que sa défaite soit vaine, alors il s'avança vers Tyroine, attaché au mât, et très affaiblit, il tenta de l'égorger, mais l'indomptable rousse s'interposa ! Dans un élan de folie, elle empoigna fermement le conseiller entre ses mains, et courant parmi les pluies de flèches, et le brasier des épées, elle sauta dans la Mer. Le conseiller du Roi fut alors sauvé : tout l'équipage de la Voile*Sanglante fut emprisonné dans les prisons de haute sécurité du palais,mais Cannelia fut graciée en guise de ce sauvetage. Après cet évènement bouleversant dans la vie de la pirate, plus personne ne l'a jamais revue. Les rumeurs courent qu'elle est retournée dans les bas quartiers de Trigorn pour se prostituer, et d'autres disent qu'elle prépare un mauvais coup.


En réalité, elle ne préparait rien. Ce n'était que des plans sur la comète qu'elle ne concrétisait jamais. Cannelia était en réalité dans une mauvaise période de sa vie. Alcoolique, droguée, elle errait dans les rues de la capitale comme une coquille vide, vide de sens. Un jour, elle rencontra Tyroine, ils eurent une violente dispute qui aboutit sur de violents ébats, et pendant le moment de totale vulnérabilité du conseiller, elle l'éventra sauvagement avant de s'enfuir. Mais elle était encore folle amoureuse de Tyroine, qui se servait d'elle à sa guise. Elle continuait à s'accrocher. Lorsqu'un jour, près de l'auberge principale et peuplée de Proncilia, elle rencontra un elfe impassible, restant debout face à l'auberge, ou face à son comptoir. C'était un elfe noir, un misérable ! se disait-elle. A chaque fois qu'elle le voyait, elle ne pouvait s'empêcher de sortir son sabre pour l'attaquer. Pour elle, c'était un être qui ne cherchait qu'à détruire les biens des humains. Au fil des jours, elle le vainquait, puis il la vainquait. Un jour qu'il commençait à en avoir marre de ces combats, il lui proposa tout simplement un verre pour parler, et elle accepta. Il se rapprochèrent, et puis s'éloignèrent, et se rapprochèrent encore. Un jour elle le haïssait, et un jour elle lui parlait sérieusement. Il neutralisait l'impulsivité de la rousse colérique. A force de temps, elle connut tout de lui, son passé, ses souffrances, et son nom : Sanctus. Elle adorait passer ses mains dans sa chevelure blanche, lui rappelant son dernier amour, Tyroine.